La girafe et la gravité : Photo N°1392

Klyko

La longueur de ses membres et de son cou, font qu'elle est considérée par la NASA comme le modèle idéal pour étudier l'effet de la gravité sur la circulation sanguine.
La girafe et la gravité
◄ Photo précedente ▲ Album photos ▲ Photo suivante ►
Photo postée par : Cedric33
Affichages : 1824
Ajoutée : 20 Juin 2011
Thême : Animaux
Situé à quelques kilomètres de Bordeaux, ce parc animalier de 5 hectars abrite une superbe collection d’animaux de la savane pour un total de 250 animaux de 100 espèces différentes, des plus communes au plus rares
- Zoo et Parcs d'attractions
Ses caractéristiques physiques, notamment la longueur de ses membres et de son cou,

font qu'elle est considérée par la NASA comme le modèle idéal pour étudier l'effet de la gravité sur la circulation sanguine. Les phlébologues de la NASA ont copié

son réseau sanguin pour réaliser la combinaison anti-G des pilotes de chasse et astronautes.

Son cœur de 11 kg, au myocarde renforcé, pompe 60 litres de sang et

bat à 170 pulsations par minute, ce qui donne une pression artérielle deux fois supérieure à la pression humaine. Dans les artères du cou, tout un réseau de muscles

annulaires aident à hisser le sang jusqu'au cerveau. Dans les veines, des valvules orientent le sang vers le cœur.

Lorsque l'animal baisse la tête au sol, les

valvules de la jugulaire sont fonctionnelles et empêchent le sang de retomber vers le cerveau (ce qui conduirait à un « voile rouge »).

La veine jugulaire de la

girafe est la plus longue et la plus droite du monde animal et possède 9 valvules. En 1993, à Vincennes, son endoscopie confirma que les constituants anatomiques

d'une veine sont orientés en fonction de son axe d'aplatissement et donc qu'une veine a bien deux faces et deux bords.

En bas des jambes où la pression est

énorme, un système de capillaires sanguins très résistants (le rete mirabile, ou merveilleux réseau), comparables aux nôtres, empêche l'œdème fatal.



Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !